Flux
Articles
Commentaires

En tant que  journaliste, j’ai eu l’occasion d’écrire plusieurs articles sur le yoga. Vous trouverez ci-joint la liste ainsi que le début de chaque article.

Interview de Marie-Hélène Demey

D’un passage à l’autre

Début de l’article : Marie-Hélène Demey est professeur de yoga et a été parmi les pionnières en France dans le domaine du yoga prénatal. Elle accompagne aujourd’hui des personnes en fin de vie.

Article publié dans Esprit Yoga n°16, novembre/décembre 2013

 

Interview de Marie-Paule Ruault

Science et yoga, la voie royale

Début de l’article : Passionnée par la convergence entre science et yoga, Marie-Paule Ruault introduit dans ses cours des notions complexes comme le mur de Planck ou le principe d’incertitude d’Heisenberg. Avec, en toile de fond, deux certitudes : la réalité absolue ne peut s’atteindre, nous ne pouvons tendre qu’asymptomatiquement vers elle et y accéder de façon fugitive. L’alliance du yoga et de la science constitue une voie royale pour avancer sur ce chemin.

Article publié dans Santé Yoga n°128, mai 2012.

 

 

Yoga nidrâ, témoignage.

Début de l’article :Nathalie Mlekuz est écrivaine et enseignante de yoga nidrâ, membre de la VIFY. Elle s’est formée dans un premier temps avec Micheline Flak, fondatrice du RYE (Centre de Recherche du yoga dans l’éducation) puis, après avoir déjà commencer à enseigner, avec Mathieu, responsable de la Maison du yoga à Paris et rédacteur en chef de la revue Infos yoga. Nous publions son témoignage qui fait partie d’un long récit où elle tente de mieux cerner ce qu’est le yoga nidrâ-yoga du sommeil.

« (…) Une amie m’avait parlé des cours que Mathieu dispensait à la Maison du yoga, en me disant que son approche avait une dimension intellectuelle. Cela avit attisé ma curiosité et je m’étais inscrite. Le cours durait une heure, le yoga proposé était très différent de ce que j’avais jusqu’ici expérimenté et m’avait tout de suite profondément intéressée. le travail se faisait essentiellement au sol, les indications étaient extrêmement précises, comme affûtées au mot près, et contrairement à ce que j’ai souvent ressenti dans d’autres cours de yoga, mon corps n’était pas “balloté »  par les consignes -c’est à dire amené à passer de posture en posture sans que je ressente entre ces postures de cohérence profonde.

L’heure de yoga postural était suivie d’une heure de yoga nidrâ et je voyais, alors que je quittais la salle, les personnes qui restaient s’allonger sur le sol et s’envelopper d’une couverture. Cela m’intriguait, me faisait envie, mais une part de mon être résistait, trouvait cela grotesque, ridicule -je n’allais tout de même pas payer pour rester une heure allongée au sol -et il m’avait fallu commencer par dépasser mes propres réticences avant de tenter l’expérience.

Trait d’union n°37, novembre 2011. Journal semestriel de l’IFY Lyon-Centre-Est.

 

Voyage en yoga nidrâ

Je suis bien avec les autres

Début de l’article : Nathalie Mlekuz est écrivaine et enseignante de yoga. Elle s’est formée au yoga nidrâ, dans un premier temps, avec Micheline Flak, fondatrice du RYE (Centre de Recherche du Yoga dans l’Education) puis, après avoir commencé à enseigner, avec Mathieu à St-Mézard, dans le Gers. Elle a suite à cette formation écrit un long récit qui à la fois raconte les cinq jours et demi de stage et tente, à travers son expérience, de mieux cerner ce qu’est le yoga nidrâ. Extraits.

« La rotation de conscience dans l’ensemble du corps constitue une étape importante du yoga nidrâ. C’est assurément une rencontre avec ce que nous sommes profondément. Mathieu parle d’un voyage, d’un pèlerinage de la conscience à travers le corps, d’une possibilité d’approcher le corps non plus de façon anatomique comme nous en avons l’habitude mais de façon atomique, en se mettant à l’écoute de la vie qui est en lui, de tout ce qui, dans l’inaction, continue à bruisser, à vibrer, à palpiter. » (…)

Article publié dans Infos Yoga  n°84. Novembre/décembre 2011.

 

Partir au ciel

Début de l’article :

« C’était à Nice. J’avais du temps devant moi. Après une promenade dans la vieille ville, je m’étais rendue au musée d’Art moderne. Non par plaisir. A cette époque, je n’en prenais aucun à voir des tableaux. Plutôt par conformisme. Parce que dans le milieu dans lequel j’évoluais, cela se faisait. De faire les musées. Et puis, peut-être aussi parce que, malgré tout, je m’acharnais. Espérant que, à force, toutes ces toiles que je contemplais sans les comprendre, finiraient par me parler. (…) »

Extrait du livre Je meurs de Nathalie Mlekuz. Texte publié dans le cadre d’un dossier sur le yoga et la mort, Infos yoga N°57/ Avril, mai 2006.

 

Devenir professeur de yoga ? Oui, mais comment ?

Début de l’article :

« Tout a commencé par un rêve : devenir professeur de yoga ? L’idée, jusqu’alors ne m’avait encore jamais effleuré l’esprit et j’ai commencé par la juger déraisonnable. Trop âgée. Pas assez souple. Et pas très douée en matière de relations humaines. C’est en discutant quelques temps plus tard avec une amie que je me suis rendue compte que ce projet me tenait plus à cœur que je ne l’avais supposé. Mathieu avec qui j’ai suivi pendant quatre ans des cours de yoga et de yoga nidrâ m’encourage : enseigner le yoga constitue, selon lui, la meilleure façon de l’apprendre… J’aimerais, comme lui, transmettre le yoga inspiré par Jacques Thiébault, aurait-il des pistes à me suggérer quant aux formations possibles ? (…) »

Article rédigé par Nathalie Mlekuz et publié dans Infos Yoga N°56/ Février, mars 2006 et N°57/ Avril, mai 2006.

 

 

Ajouter un commentaire