Flux
Articles
Commentaires

Lâcher-prise : « cesser de tenir, de serrer » (Le Robert). En sanskrit, la souffrance se traduit par dukha qui étymologiquement signifie « espace serré“. Lâcher-prise c’est desserrer l’étreinte de nos tensions, tant physiques que psychiques. C’est lâcher ce qui nous tend excessivement. Pour retrouver en soi de l’espace pour le présent, le vivant, le vibrant…
Nos accrochages, nos agrippements sont, en effet, multiples, puissants, certains sont conscients, d’autres profondément inconscients. Nous nous cramponnons à des objets, des habitudes, des certitudes, des attentes… Et une grande partie du travail de lâcher-prise consiste dans un premier temps à identifier toutes ces fixations superflues qui font néanmoins partie de notre façon d’être, qui nous sont souvent extrêmement familières.
Comme toujours en yoga, ce lâcher-prise ne se décrète pas, il se vit. Ma Ananda Mayi, grande figure de sagesse indienne, est formelle : il n’y a rien à quitter, ce sont les choses qui elles mêmes -si elles sont inutiles-  nous quittent peu à peu, à force de travail sur notre tapis.

Nous privilégierons lors de cet atelier, les postures de relâchement pour évacuer les tensions, apaiser l’espace intérieur, puis nous essayerons d’introduire un peu de détente dans des postures plus exigeantes. Nous mettrons l’accent, dans le pranayama (travail sur le souffle) sur les expirations et le yoga nidrâ nous permettra en fin de séance de vivre, peut-être encore un peu plus intensivement que d’habitude, le lâcher-prise profond du corps…

Deux possibilités pour cet atelier :

Le samedi 17 mai de 14h30 à 16h30, à La Maison du Yoga, 68 rue de la Folie Méricourt, 75011 Paris. Métro : Oberkampf, Parmentier ou République.
ou
le dimanche 18 mai de 10h à 12h, toujours  à La Maison du yoga

Coût : 32 €.

Inscription préalable par mèl (mlekuz@no-log.org) ou par téléphone (06 69 19 21 26).

Toutes les informations sur le déroulement de l’atelier : Ateliers mensuels de yoga et yoga nidrâ.

Ajouter un commentaire